Le coach revient sur les « Elite » en salle

Elites - Clermont 02/2013

Elites – Clermont 02/2013

Voici  mon « débriefe » des Elites Indoor 2013

Deux « nouveaux nés » en septembre pour la Team : Yann nous rejoint et Tom décide de passer en rotation. Comme tout début de saison, il faut commencer… Commencer, pas le plus simple avec moi comme coach, car cela veut dire reprendre les bases, et rien que les bases.  Il est vrai, et je l’avoue, que je ne suis pas tendre et généreux en compliments. Mais j’ai un peu progressé sur ce point depuis septembre.

Elite Indoor Aubière 2013 (5)Je ne connaissais pas trop Yann. Il est arrivé plein de bonne volonté et j’ai tout de suite senti en lui une grande détermination. Mais pas facile pour moi de dire à un lanceur qui fait 17m50 qu’il va falloir oublier ce qu’il faisait et passer à autre chose… Et ce fut assez radical : travail du buste en sans élan durant un mois et rien d’autre ! Mais il aime ça on dirait… C’est un bosseur et la difficulté, le faisant un peu douter par moment, ne l’a pas déviée de son objectif. Le courant passe, il comprend ce que j’attends de lui et début décembre, j’entrevois ce qui fera de lui un lanceur dans le top 20 tout temps : une qualité d’étirement que bien peu savent utiliser. Il a su en quelques mois sentir de bonnes, voir de très bonnes choses. Un petit pépin physique est venu gâcher le début de saison 2013, mais il sait pourquoi, il ne le refera pas. La fougue et l’envie de trop bien faire nous poussent à tenter des choses que la fatigue ne permet pas. Kiné et repos auront eu raison de ses 4 mois d’efforts, mais il faut retenir une chose au-delà de sa 6e place des Championnats de France (17m05), il a été capable de faire 17.30m facilement ! Comme on dit, « sans rien faire ». Et ça, ils sont peu nombreux à pouvoir le dire. Bravo, continue, la suite sera encore plus dure, mais tu le sais déjà. Merci Yann de m’avoir montré en si peu de temps ce qui fera de toi un super glider.

Au tour de Baloo, qui forcé par le destin de son genou, a choisi de terminer sa carrière en rotation. Audacieux etElite Indoor Aubière 2013 (3) fataliste, motivé et déterminé, la tache s’avérait néanmoins difficile et fastidieuse. Effectivement, après des blessures à répétition, le moral était bas, les objectifs pas vraiment réalisés. La rotation lui donna un second souffle, une nouvelle technique à découvrir, ça donne des ailes. Le début de saison oscille entre bonnes surprises et brouillard. Il était heureux de me montrer ses vidéos qui lui semblaient encourageantes,  et moi qui, délicatement (« c’est nul !!! »),  lui annonçais que ce n’était pas ce qu’il fallait chercher. Bref quelques galères et incompréhensions plus tard, le schéma se met en place et Baloo commence à sentir de bonnes positions techniques.

Un objectif osé : et pourquoi pas être finaliste aux Elites dès cet hiver ??!! Mais pour cela, il faut déjà se qualifier ! On est début janvier et la concurrence est rude… Mais une fois le billet en poche et tout le monde derrière lui, Baloo retrouve sa gourmandise et lorgne définitivement sur le top 8, synonyme de finale. Et il n’a pas failli. Arrivant pour une fois sans pépin  physique, il avait à cœur de montrer qu’il n’a pas galéré toutes ces années pour rien. Il y croit (nous aussi), arrivé avec la 11e perf d’engagement, il réalise son objectif sans l’art mais avec le cœur et la manière car il bat son record (en rotation) par la même occasion (8ème avec 15m99). Je suis heureux et soulagé de le voir à cette place, car on est parti de loin. Enchainer les blessures n’est jamais simple, tu es toujours revenu et à présent tu es finaliste aux Elites, good job !

Elite Indoor Aubière 2013 (1)Place à l’autocritique à présent. Ma préparation, comme chaque hiver, fut chaotique, mais je commence à en avoir l’habitude. Une erreur technique commence à me poser un sérieux problème : mon pied gauche en final est en barrage depuis 1 an, et je n’arrive pas à le corriger. Début janvier, au Meeting de Clermont, c’est l’erreur de trop : je suis éjecté du plateau et ma cheville vient percuter violemment  le butoir. C’est la goutte d’eau qui fait déborder le vase, je craque et j’ai vraiment envie de tout plaquer. Dix jours à ne rien pouvoir faire, et la décision tombe… Je reviens, ok, mais avec une technique et un style qui m’avaient permis de battre mon record (18m44 en 2010). Je ne serai jamais un lanceur conventionnel. Car je lance au feeling, et même en expliquant ce que je recherche, difficile de me comprendre… 17,60m début février : je reprends goût à la compétition. Arrivent les Frances Elites. Une migraine en début de journée mais peu importe, il faut tout de même aller chercher le podium. En rotation, il suffit d’un jet. Mon concours se résume par un manque de vitesse au niveau des appuis, donc j’attends des étirements qui ne viendront jamais. Le verdict est sans appel, 4e, je ne mérite pas mieux. Mais ce n’est pas grave, car à 39 balais, je n’ai pas dit mon dernier mot, loin de là. Maintenant je sais où je vais, à voir à combien ça tombera…

Qu’il est difficile de tout mener de front : militaire, athlète et coach. Une vie de dingue ! Mais ces gars m’ont donné leur confiance, et je me dois de les guider au mieux pour qu’ils atteignent leurs objectifs. Beaucoup de pression, trop parfois ; des échecs et des doutes, mais des espoirs et des réussites aussi. Sachez que dans tout les cas les poulains, vous me le rendez bien, et je suis fier de tout votre travail accompli.

La Team n’a jamais été aussi forte, le train est parti, et personne ne reste à quai !

Elites - Clermont 02/2013

Elites – Clermont 02/2013

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=WmO-ac7ynxA?feature=player_embedded&w=640&h=360]

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Blocage des indésirables par WP-SpamShield

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?