Laury Battet


laury regx 2016.1En bref

Nom : BATTET Laury

Date de naissance : 30 septembre 1989

Club : ECLA ALBI

Profession : Contrôleur qualité

Mensurations : 1m90 – 117kg

Spécialité : lancer de poids

Technique utilisée : Translation

sa Fiche FFA

 

Records Lancers
• Poids 7kg : 16m56 (2017)
• Disque 2kg : 42m01 (2015)
• Javelot 800gr : 58m79 (2010)

Records Musculation
• DC : 165kg
• Squat : 3x200kg (cuisses à plat)
• Epaulé : 3x135kg
• Arraché : 100kg

Autres
• Elancés Arr 7kg : 17m
• Elancé Avt : 15m
• Triple bonds sans élan : 8m65

 

INTERVIEW PTG – « A la rencontre de LAURY  » (Septembre 2014)

Force est de constater qu’à la TV et dans les médias en général, les lancers sont souvent dans l’ombre des autres disciplines, et les lanceurs 34856_1530808038679_1323594_nfrançais pas forcément sous les feux des projecteurs. Voici donc l’occasion de faire davantage connaissance avec quelques uns d’entre eux. Nos débuts, quantité d’entrainement, bons et mauvais souvenirs, objectifs… apprenez en plus sur les membres du PTG !

1) Depuis combien d’années lances-tu ?
Je lance depuis une dizaine d’année. De benjamin 2 à espoir 2, j’ai lancé sans entraîneur en passant du javelot au poids…

2) A quel âge as-tu donc débuté et dans quelles circonstances ? (grâce à qui ? où ? …)
J’ai commencé l’athlétisme à l’âge de 14 ans, en Guadeloupe, au Gosier Athlétique Club, dans un groupe de sprint. Je suis venu à l’athlétisme pour gagner en vitesse et je me suis vite orienté vers le javelot puis le lancer en général.

3) Ton ou tes meilleurs souvenirs d’athlète ?
Alors, mes meilleurs souvenirs : ma sélection avec la Guadeloupe et ma médaille au javelot lors des Carifta games, une compet assez réputée dans les Caraïbes ; et ma médaille au poids lors des COJI, c’est un peu le championnat d’Europe des îles. Assez sympa comme expérience !

4) A l’inverse, les pires moments de ta carrière ?
Ma première grosse blessure me privant d’une sélection chez les jeunes en Guadeloupe pour les carifta games. Et puis l’année d’après : rater le podium pour 1 cm ! Je m’en rappelle comme si c’était hier…

5) Ton moment préféré dans la saison (indoor, interclubs, coupe de Fr…) ?
La saison hivernale est assez sympa entre grosses charges d’entraînement et reprise des compet après la coupure estivale. On cherche à tester son état de forme et à retrouver les sensations de la saison passée. Mais j’aime aussi la saison estivale pour tous les meetings et les « france ».

6) Quel est ton rythme d’entrainement hebdomadaire ?
J’ai un rythme de 6 a 7 séances par semaine.

7) Actuellement, quel est ton moteur ? Ce qui te pousse à te rendre à l’entrainement… ?
Ce qui me pousse avant tout à aller m’entraîner c’est la passion pour le lancer. Comme je dis souvent, c’est un sport très difficile physiquement et mentalement où l’on doit se surpasser tout le temps, et ça, j’adore ! Donc je continue à travailler chaque jour pour m’améliorer. Et Steph ne m’épargne pas ! Mais les autres sont tous passer par là…

8) Une fois sur le stade, le type de séance que tu préfères, et inversement, que tu rechignes à faire ?
Le top du top c’est bien sur les séances spécifiques où l’on est en permanence à la recherche de sensations. A l’inverse, le plus pénible pour moi c’est les côtes, les diagonales et toute « la caisse » de début de saison. Là, ça pique grave !!

9) Dans le même registre, quels sont tes points forts et tes points faibles par rapport au lancer ?
Je pense que mon point fort est mon mental. Car je cherche toujours à aller de l’avant. Mon point faible actuellement est la technique. En effet, avec Stéphane, je réapprends à lancer en translation et c’est difficile. Donc je patiente et fais mes éducatifs… Mais je pense qu’au final, les poids partiront loin !

10) Comment abordes-tu une compétition majeure ? (rituel, état mental, prépa terminale…)
Avant tout, et au fil des années, j’ai énormément travaillé sur le côté préparation mentale. Arriver dans de bonnes conditions psychologiques, ne pas faire la compet avant l’heure dans sa tête et, à l’échauffement, toujours de la bonne musique pour me mettre dans l’ambiance 🙂

72997_1657882415459_6765418_n

11) Qu’est ce qui peut te perturber sérieusement dans un concours ?

Pas grand chose à part bien sur un temps pourri. Les concours trop longs et les organisations « en carton », j’avoue que ça m’énerve aussi !

12) La chose dont tu ne peux te passer en compétition ?
La musique à l’échauffement sinon, après, rien de spécial.

13) Que t’apporte (ou t’a apporté) le groupe personnellement ?
Le groupe m’apporte depuis septembre 2014 un suivi régulier dans ma préparation et des conseils techniques que je n’ai jamais vraiment eu. Pour faire simple, le PTG c’est un peu comme une famille et ça m’a redonné l’envie de lancer et d’avancer. Car après ma blessure à la main et au genou en hiver 2014, c’était difficile… Mais là, je viens déjà de battre mes records au poids (15m63) et au disque (40m37).

14) Quels sont tes objectifs à plus ou moins long terme ?
Être régulier au delà de la ligne des 16m au poids. Après, pourquoi pas un podium N2 et biensur aller chercher les qualif pour les élites !

15) Pour conclure, que peut-on te souhaiter avant la fin de ta carrière ?
De lancer le plus loin possible, ça serait cool !! 🙂

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?