Les « spiners » reviennent sur leurs derniers concours de la saison…

Après quelques jours de repos, nous vous proposons de revenir sur les dernières compétitions du groupe. Petit flashback sur les compétitions locales avant de vous livrer le compte rendu des Elites 2014 sous la forme de questions-réponses.

Le samedi 12 juillet, YANN  et TOM ont fait route jusqu’à Abbeville avec des objectifs contrastés : tester pour l’un et confirmer pour l’autre. En effet, Doudou se faisant opérer du genou (ligaments croisés + ménisque) début septembre, l’envie de faire un petit test en rotation avant les vacances le taraudait… Un échauffement sur la ligne des 15m, un jet à 15m22 dans le concours avec une technique balbutiante et voilà notre glider se posait LA grande question : « Puisqu’il  va falloir tout reprendre à zéro après l’opération, pourquoi ne pas en profiter pour passer à la rotation ?!? » La décision lui appartiendra mais vous imaginez bien les longs échanges de points de vue qui ont suivi…

Meeting Noyon 18.07 (2)Comme à ALBI, Baloo posait de nouveau un jet tout en relâchement à plus de 16m à l’échauffement. Forcément plus crispé par l’envie de bien faire dans le concours, ça n’allait pas plus loin : 15m72 au final et le sentiment qu’il ne lui manquait pas grand chose pour trouver le déclic lui permettant d’aller chercher un nouveau record. Quelques jours plus tard, à NOYON, une dernière chance s’offrait à lui. Encore 30 degré en soirée, un concours réduit avec 3 athlètes locaux et le décamètre comme seul adversaire… Pas de miracle dans ces conditions : 15m45 et le sentiment d’avoir tout donné. Comme lui répétait SEB, accompagnateur de luxe sur cette compétition : « Allez Baloo, tu es sur la bonne voie, ce n’est qu’une question de patience » !

 Le dimanche 13 juillet, BOBO et BIGZU lançaient à Reims à l’occasion des Elites. Steph se classait 6è (5è français) avec 17m24 et Boris lui succédait au classement avec 17m11. Voici leurs impressions sur le concours et l’évolution de la discipline.

1. Les élites viennent de clôturer votre saison estivale, pouvez-vous nous faire un  retour sur Reims Elites 2014 (2)votre concours ?
Steph : « Les deux semaines précédentes ont été assez compliquées, entre le travail et la pluie, je n’ai pas pu lancer dans un plateau. Forcement j’ai eu un peu de mal à trouver mes repères dans celui de Reims. Je ne suis pas équilibré et je n’arrive pas à accélérer. Un jet à 18m tout de même me donne espoir à l’échauffement. Le concours commence et je ne trouve pas de solution, au contraire, à partir du 3e essai mon pied gauche est en barrage en finale du geste, je ne m’en rends pas compte… Cela m’empêche d’accélérer l’engin. Au final : 17m24 et 5e, pas triste mais pas satisfaisant… »
Boris : « Je n’ai pas spécialement bien vécu le concours de ces élites. J’ai eu beaucoup de mal à me mettre dedans et aucun repère dans le plateau. Je n’ai pas très bien lancé mais comme souvent, je m’en sors à la niaque ! »

2. Dans quel état êtes-vous arrivés à Reims ? La préparation s’est bien passée ?
Steph : « Totalement serein. Je sais que je peux enfin repasser les 18m, c’est arrivé 3 fois dernièrement hors concours. Aucune pression, au mieux je ne pouvais viser que la 4e place, donc aucun stress particulier. »
Reims Elites 2014 (5)Boris : « Je n’ai eu aucune phase finale dans ma préparation. Je prépare la saison de Bobsleigh ( de novembre a mars). Je suis encore sur du « long » dans ma préparation et ne suis donc pas arrivé frais. La semaine des élites, j’étais en Allemagne pour le premier stage de l’année sur la glace avec l’équipe de Monaco. Logiquement, je suis arrivé sans jus mais serein car c’est comme ça depuis le début de la saison. »

3. Au regard des bilans, le niveau français du lancer de poids semble s’inscrire dans une dynamique positive et les performances progressent d’année en année… Vous qui le vivez de l’intérieur, le ressentez-vous et si oui, comment l’expliquer ?
Steph : « Oui, il y a une super dynamique chez les jeunes, le niveau est super relevé ! Maintenant le devenir d’un lanceur est au 7kg et  le chemin est long et périlleux. J’espère tenir jusque là pour avoir le plaisir de les affronter dans un championnat. L’explication vient de la qualité de la formation, des lanceurs passent coach, et des anciens entraîneurs ont la capacité à former magnifiquement les jeunes. La passion est source de réussite. »

Boris: « Malheureusement je n’ai plus trop la tête dans le lancer. Le niveau monte, et ça c’est génial ! Retrouver un gros à 20m dans le bilan français c’est très bon et des jeunes poussent derrière. Il faut qu’ils s’accrochent pour accéder au très haut niveau. J’espère que la fédé saura faire des efforts sur le développement du lancer français. Par exemple, pour les France élites, il n’y a eu aucune vidéo sur les réseau sociaux proposée par la FFA, contrairement au sprint court et long… Je trouve ça malhonnête. Pour moi c’est un manque de respect envers les lanceurs ! « 

 

4. Un nouveau lanceur en rotation dans le groupe en 2015 paraît-il…?

Steph : « Venir à la rotation comme roue de secours, ce n’est pas une solution C’est une décision qui se mûrit. Il faut du temps pour réapprendre la translation, mais il en faut encore plus pour comprendre la rotation. Le schéma est totalement différent, c’est quasi un autre lancer. Commencer en étant entouré de lanceurs ayant connu ces phases sera certes un énorme avantage. Laissons faire le temps et on verra comment cela évolue… »
Boris : « Oui,Yann va devoir passer sur la table d’opération pour son genou et il devrait donc commencer la rotation s’il veutReims Elites 2014 (7) que celui-ci le laisse tranquille. Comme Steph et Tom avant lui… Ça peut être un avantage comme un inconvénient. La rotation demande beaucoup de relâchement et de feeling. On a la sensation que l’engin prend beaucoup plus de vitesse et c’est compliquer a gérer. A voir … Avec le travail tout rentre dans l’ordre. Il suffit de se donner les moyens. « 

5. Un mot sur vos objectifs pour la saison à venir ou c’est encore un peu tôt ?
Steph : « Comme chaque année, je vais chercher quelque chose de différent en technique, tester de nouveaux programmes d’entrainement, car j’ai toujours besoin de ces recherches pour mieux comprendre, mieux ressentir. Cela me permet ensuite de mieux conseiller les passionnés du lancer de poids, de faire travailler plus efficacement aussi. »

Boris : « La saison prochaine… Bonne question ! Aucun objectif car le Bobsleigh a pris une grande importance dans ma carrière. C’est maintenant pour cela que je vais au stade m’entraîner. Le lancer est du coup mis de côté. Mon seul objectif est de porter haut les couleurs de mon club et pouvoir leur apporter le plus possible, surtout pour les inter-clubs. Ils m’ont aidé à aller « chercher le haut niveau », malheureusement j’ai pris une autre direction, mais je les remercie énormément pour ça. Voilà pour mes impressions. Longue vie au PTG !

Merci les gars ! Les meilleurs jets des concours en question ci dessous. Le PTG s’offre une trêve estivale mais n’oublie pas les amateurs d’athlé et de lancer pour autant ! Restez à l’affût car SEB a pour mission de poster des nouveaux articles dans le Labo ces prochaines semaines…

Bonnes vacances à tous !

0 Commentaires

Laisser une réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Blocage des indésirables par WP-SpamShield

Vous connecter avec vos identifiants

Vous avez oublié vos informations ?